medea

medea


Designer

Michael C. Brandis

Lorsqu'un meuble ne perd rien de sa valeur et de son attrait au bout de trois décennies, cela en dit long. C'est le cas de l'ensemble de sièges Medea. Ce classique a fait son entrée dans le nouveau millénaire avec une grande aisance. Et la fin de son succès n'est pas près d'arriver.

Michael C. Brandis a toujours été fasciné par l'ère du Bauhaus. Cette influence se reflète dans chaque élément de l'ensemble Medea. Dès les premières ébauches de 1984, "les courbes devenaient des droites", se souvient-il. Son hommage aux formes à la fois dépouillées, paisibles, décentes et élégantes - telles que les aimaient Walter Gropius et ses maîtres - est omniprésent sur les modèles Medea.

Les éléments se marient à volonté et offrent une grande liberté d'agencement et d'intégration à l'intérieur du logement. Qu'il s'agisse d'un ensemble d'éléments ou d'un canapé simple — Medea dégage une aura particulière et vient souligner le style de vie et le caractère individuels de ses propriétaires.

Ce classique a été revisité à l'occasion de son 25ème anniversaire, mais ses traits de caractère spécifiques sont restés inchangés. L'appui-tête a été retravaillé et offre de plus grandes possibilités de réglage. Pour le rembourrage, une mousse viscoélastique respirante est utilisée depuis 2013 : elle est composée de milliards d'alvéoles spéciales à pores ouverts, particulièrement flexibles.

C'est ce qui permet d'obtenir un meuble classique au confort d'assise inégalé.

Designer

Michael C. Brandis

Michael C. Brandis

Courbes «droites» et l’amour de Gropius & Co.

Le designer Michael C. Brandis n’a jamais nié sa passion pour l’époque du Bauhaus, et cela se ressent dans chaque élément du groupe Medea. Il se souvient aujourd’hui que déjà à l’époque des premières ébauches créatives en 1984, «chaque courbe devenait de nouveau droite». Son hommage aux formes sobres, paisibles, épurées tout en étant élégantes et accueillantes est omniprésent chez Medea.

«L’artiste est une sublimation de l’artisan». Cette citation de Walter Gropius issue du manifeste du Bauhaus s’apparente à l’un des modèles de Michael C. Brandis. Un bref regard en arrière explique pourquoi: le tapissier diplômé a découvert très tôt sa passion pour l’aspect artistique de sa profession. C’est pourquoi il a obtenu dans les années 50 un autre diplôme de créateur à la Werkkunstschule de Dortmund. Michael C. Brandis a ainsi profité de cette combinaison de l’artisanat et de l’art pendant toute sa carrière professionnelle – et ce jusqu’à aujourd’hui.

scroll up